La VOIX de l’ABANDON 2


J’ai eu envie d’écrire un article aujourd’hui par rapport à une expérience que j’ai récemment vécue.

J’avais besoin de me faire un petit kiff, alors je vous ai rédigé la chose dans un style plus anecdotique que d’habitude. Libre à vous d’en tirer la leçon ou pas 😉

Il était une fois, une voix…

C’était un matin d’automne, plus froid que les autres.

La fatigue n’a pas voulu me laisser sortir du lit…

Mes yeux étaient lourds, mes muscles engourdis et dans mon crâne planaient une atmosphère des plus moroses.

J’étais fatigué, je n’avais franchement pas envie de bouger, d’ôter les draps de mon visage terni par les cernes au bord des yeux. Quand soudain, surgi de nulle part, s’ajouta à la scène un invité des moins appréciables.

Je ne le voyais pas, mais il était là, chuchotant à mes oreilles quelques phrases, qui dans les débuts n’étaient que des balbutiements et qui par la suite finirent pas s’accentuer et gagner en volume. J’arrivais à distinguer les propos suivants :

« Pourquoi fais-tu ce que tu fais ? »

« Ça ne sert à rien ! »

« Tu n’y arriveras pas. »

« Quel est ton but ? Pourquoi continues-tu ? »

« Laisse tomber ce que tu fais, tu n’es qu’un beau rêveur ! »

« T’entraîner ? Pour quoi faire ? Pour prouver quoi ? »

« Abandonne tout ça. Il y a des gens bien plus doués que toi, bien plus fort, tu n’es pas à la hauteur. »

 Abandonner…

Ce mot commençait à trotter dans mon esprit, à prendre de l’ampleur, à me faire ressentir la frustration de ce qu’est l’abandon et surtout, à me paralyser dans mon lit.

Clouées, scotchées, immobiles, les sensations que produirent cette voix m’ont littéralement tétanisées, tout simplement parce que cette voix, c’était la mienne.

C’était une expérience effrayante, une expérience que je devais à tout prix transformer afin de stopper la gangrène.


Never give up ! Never surrender !

Je ne suis pas un perdant.

J’ai suffisamment encaissé, j’ai fait tant de chemin, j’ai surmonté un bon nombre d’obstacles, pourquoi devrais-je me laisser abattre par une simple voix, qui n’existe que dans mon crâne ?

Je devais donc faire le vide, extirper ce battement sonore de mon inconscient, faire quelque chose afin de me remonter, de me remotiver. Je sais quel impact cela peut avoir si je me laisse influencer, si je suis les propos de cette voix de l’abandon. J’ai donc pris une décision, je devais faire ce que je savais faire de mieux, c’est à dire : m’entraîner.

Un combat contre soi même

Cet entraînement ne devait pas être comme les autres entraînements. Cet entraînement était une lutte pour ma survie, un combat que je devais mener pour mettre au tapis cette émotion mêlant à la fois peur et désarroi.

Pas de musique

Pas de montre

Pas de programme

 Juste moi contre moi. Ce moi puissant qui arrive à m’épuiser avant l’effort, ce moi puissant qui arrive à me toucher avec des mots…

« Tu es un faible ! » me dit-il « Comment ose tu prétendre être une source d’inspiration ? Qu’as-tu fait ? Quel est ton combat ? »

Et puis là, me lançant dans des mouvements de sauts, de pompes, de tractions… Une phrase me vain à l’esprit :

 » Tu as le contrôle. »

Puis j’ai décidé de mettre en avant ces deux voix et de jouer sur le volume de chacune :

volume de l'abandon

C’est marrant comme l’esprit est capable de réaliser des prouesses.

Se concentrer sur la respiration, augmenter le volume de la voix motivante, lui donner une intonation digne d’un Les Brown.

Laisser le souffle de l’inspiration me gagner, prendre de nouveau les commandes et vivre les mouvements au maximum.


Bref…

Vous l’avez donc compris.

Comme tout le monde, il m’arrive de perdre la motivation. L’envie de baisser les bras me guette constamment. Après un entraînement difficile.

Après une diète de longue durée.

Ou même lors d’un échec sur un mouvement de calisthenics que je tente d’apprendre.

Elle est là. Cacher dans mon esprit, prête à ressurgir. Mais voilà, la motivation doit être profonde, il doit y avoir un vrai pourquoi derrière mes objectifs.

C’est normal, c’est humain. Mais quel que soit le chemin que vous décidez de prendre, quelles que soient les difficultés que vous rencontrez. Il existe toujours une solution pour y remédier, une nouvelle voie pour contourner le problème.

Toujours…


A propos de Kévin Soya

Coach Sportif en formation perpétuelle et fervent sportif grâce à la pratique de la musculation depuis plus de 7 ans, de course à pieds, de natation et de boxe anglaise. La transmission de ma passion pour le développement des qualités physiques et mentales est devenue une nécessité.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

2 commentaires sur “La VOIX de l’ABANDON